LE TEMPS DES SEIGNEURS

Commentaire sur le livre de
DAN BIGRAS

 * Mon père me bat, mais il m’aime. Il me montre souvent de l’affection pis de la tendresse. Il est une bombe à retardement. Il me fait peur…  Il m’enseigne la jungle. Fait que je suis en état de survie 24/7, mais j’ai de l’amour aussi… C’est pas mal mélangeant. *

Extrait : LE TEMPS DES SEIGNEURS, Dan Bigras. Édition de papier et format numérique: Québec Amérique éditeur, 2017, 336 pages, 3935 KB. Version audio : Audible studios éditeur, 2019, durée d’écoute : 10 heures 45 minutes, narrateur : Dan Bigras.

«Je cours, paniqué. J’ai encore été piégé par ma mère. À moins d’un miracle, mon père va me tuer à soir… J’ai beau courir, l’horizon s’éloigne et l’enfer approche à grandes claques, avec un verre de vin dans une main. Ma mère est en colère tout le temps. Contre le mauvais temps, contre les hommes en général, quoique «les hommes en général» ont l’air de ressembler beaucoup à son papa à elle et au mien… Elle est en colère contre beaucoup de choses, mais surtout contre moi. Je n’ai jamais vraiment su pourquoi.

C’est évidemment de ma faute, ça se peut pas autrement. Je suis très mauvais à l’école. Comme le trouble de déficit de l’attention (TDA) n’existe pas encore, ma mère croit que j’essaie de la rendre folle et honnêtement, quelquefois, c’est ce que je croirais à sa place.»

Avec LE TEMPS DES SEIGNEURS, Dan Bigras offre le récit cru, touchant et passionnant de ces vues sur le monde qui ont fait de lui le porte-parole des oubliés, des brisés. Dans la violence et la douleur, mais aussi dans l’amour, c’est avec tendresse qu’il retrace le fil de son long chemin vers la réconciliation.

La poésie de l’introspection
*Ça va être ma job de faire du sens de notre histoire,
de comprendre mes parents, mes Bigras, de ma
société pour trouver une paix…une vraie paix dans
le torrent de mes guerres…*
(Extrait)

J’avais l’impression d’être assis à une table avec Dan Bigras, devant une tasse de café fumant, sagesse oblige. J’écoutais le rocker québécois raconter son histoire sur un ton de connivence, chaleureux, intimiste. C’est ce que je retiens de cette écoute, que Dan Bigras se confiait à moi personnellement. LE TEMPS DES SEIGNEURS est l’autobiographie d’un homme au passé agité, malmené avec des hauts très élevés et des bas dramatiques.

Comment ne pas être attentif et concentré devant un tel dénuement. L’auteur se confie mais aussi se défoule dans un exercice qui a un petit caractère thérapeutique. Pour moi c’est important car cela donne le récit d’un homme authentique qui a un parcours de vie parfois tordu mais tellement riche d’enseignement.

Dan m’a fait oublier le temps qui passe avec, entre autres, beaucoup de passages porteurs d’émotions….des émotions qui m’ont brassé pas mal, en particulier la mort de son frère, ses relations familiales, sa rencontre avec Gerry Boulet qui fut d’abord une collaboration et par la suite une amitié cimentée, sa passion pour les arts martiaux, son déficit d’attention, ses nombreuses petites allusions aux seigneurs, c’est-à-dire les manipulateurs, exploiteurs, profiteurs, ambitieux et grands patrons cupides.

J’ai beaucoup aimé les passages où Dan Bigras évoque les moments de sa vie, nombreux, où il se sentait en étau entre le *gros Dan* et le *Petit Daniel* et les moments qui ont suivi la décision définitive de son abstinence, sans oublier son dévouement pour LE REFUGE.

Je n’ai que deux petits reproches et encore là, je ne peux pas vraiment reprocher à Dan d’avoir été lui-même mais j’aurais quand-même souhaité un petit peu moins de crudité dans son langage et un peu moins de sacres. Je ne suis pas puritain mais un peu moins de rudesse dans le langage n’aurait nui ni à l’oeuvre ni à l’identité de l’auteur. Je regrette aussi de ne pas en avoir su davantage dans la relation entre Dan Bigras et son fils. Il en parle peu et ne fait qu’effleurer la question.

Je n’ai lu aucun commentaire là-dessus mais ça m’a manqué. Donc j’ai beaucoup aimé ce récit, sa spontanéité, son authenticité, son ton de confidence et son humour aussi. En effet, Dan Bigras ne manque pas d’humour, un peu pince sans rire avec le genre qui, souvent, pointe du doigt. À l’écoute de ce récit, j’ai ressenti un mélange de joie et de tristesse et aussi de l’admiration et je me suis laissé enveloppé par les nombreux poèmes *semés à tout vent* dans le récit. Un très beau moment d’écoute, attractif et chaleureux.

Suggestion de lecture : LE MONDE DE BARNEY, de Mordecai Richler

Né le 23 décembre 1957 à Montréal, Dans Bigras est chanteur, auteur-compositeur, acteur, musicien et réalisateur. Son livre LE TEMPS DES SEIGNEURS est une nouvelle corde à son arc.

Quelques faits marquants : Il est fondateur de la maison de production Disques de l’Ange Animal, crée en 1994.  En 2008, l’année du 400e anniversaire de Québec, il est l’auteur et le lecteur de la dictée des Amériques. En 2017, il publie une autobiographie qui retrace sa vie. En 2018, lors de son spectacle Le show du refuge, il interprète avec succès la chanson Bring Me to Life du groupe américain Evanescence avec Étienne Cousineau.

 

Bonne écoute
Bonne écoute
Claude Lambert
le vendredi 21 juin 2024

LE CALENDRIER DE L’AVENT, CATHERINE DUTIGNY

*Le vendeur releva le pan de feutre vert qui couvrait l’étal,
fouilla dans une malle et en sortit un rectangle épais de
carton, richement décoré. – Voilà un exemplaire unique :
un calendrier de l’avent qui date de 1889, une pure
merveille à plus d’un titre. -Effectivement, il est très beau,
mais qu’a-t-il de si particulier ? – Il est magique murmura-
t-il d’une voix à peine audible. *
(Extrait : LE CALENDRIER DE L’AVENT, Catherine Dutigny,
Éditions Le Manuscrit, collection M.T. Roman, numér. 222p)

Bientôt Noël dans une petite ville de province. Abel, paisible retraité, achète sur un étal de livres anciens, un calendrier de l’Avent datant de 1889 et doté de pouvoirs magiques. Qui n’a jamais rêvé de voir ses vœux se réaliser ? Cela devient complexe lorsqu’il faut souhaiter du bien à son pire ennemi, devenir le précepteur d’un cancre, rester zen lorsque l’on est l’objet de railleries. . . Faisons confiance à l’auteur des Comptines de Tante Lali pour mêler dans ce conte magie et réalité, rire et émotion. Un livre que l’on devrait lire, si l’on était raisonnable, un chapitre par jour, du 1er au 24 décembre. Mais serait-ce bien raisonnable d’attendre?

LA RÉALITÉ DU RÊVE
*Le calendrier est bien aise de vous retrouver.
Nous espérons que la lumière a éclairé les
cœurs de ceux qui vous entourent et qu’un
même élan vous guide tous ensemble vers
le jour de la nativité.
(Extrait)

C’est un petit livre bien spécial qui apporte, en cette période la plus froide de l’année, chaleur et apaisement. On y suit Abel Beaujour, un paisible retraité ayant une bonne nature et soucieux d’offrir à son unique petit-fils de 10 ans, un cadeau original pour Noël. Dès le début de ses emplettes, Abel est attiré par un étal de vieux livres. Ne trouvant pas ce qu’il désirait, il s’apprêtait à quitter quand le vendeur l’a retenu et attiré vers une malle dont il sortit une sorte de rectangle épais, en carton.

C’était un vieux calendrier de l’avant datant de 1889. Il était très beau et d’après le vendeur, il était magique. Il ne s’agissait pas d’un calendrier offrant un chocolat à chaque jour de l’avant. Ce calendrier était très singulier. C’était un calendrier à vœu. Chaque jour correspondait à un vœu et si ce vœu était sincère et motivé, il était exaucé. Abel acheta le calendrier et finalement décida de le garder pour lui. Il trouvera bien autre chose pour son petit-fils.

Abel allait-il vraiment formuler chaque jour un vœu salon les instructions du calendrier? *Et vlan ! Voilà que la mission incombait à un athée. Deux générations à bouffer du curé avaient laissé des traces indélébiles sur la suivante…* (extrait) Dès la première ouverture du calendrier, Abel comprit que sa mission ne serait pas si simple :

*Votre entrée dans le monde du calendrier se fera d’autant plus facilement que votre premier vœu doit soulager un animal domestique étranger à votre toit d’une affliction ou d’un sort injuste. La pertinence de votre choix, la sincérité de votre souhait, la générosité du cœur seront déterminantes quant à la réalisation de ce vœu qui devra être prononcé entre l’Angelus du midi et l’Angelus du soir. * (Extrait, 1er jour de l’avent)

Ces mots, sincérité et générosité du cœur seront déterminants dans le dévoilement complet du calendrier. C’est ainsi qu’Abel se retrouva avec un nouveau compagnon de vie : FILOU, un chien miraculeusement guéri de sa cécité et de son arthrite.

Abel se laissa pénétrer de l’esprit de Noël, avançant fièrement dans sa mission quotidienne d’altruisme, d’empathie, d’entraide. Dès lors l’auteure, Catherine Dutigny nous entraîne dans le quotidien d’Abel avec ses hauts et ses bas car il faut bien le dire, certains vœux sont très complexes. Beaucoup auraient arrêter la mission au milieu du calendrier. Plus on avance dans le récit, plus on se sent envouté par la magie ou la magie de  la fête de Noël.

Le récit est évidemment un peu surréaliste mis j’ai vraiment eu l’impression qu’Abel et l’auteure aussi insufflaient le goût de la réconciliation, de l’amour et de la tolérance autant aux acteurs du récit qu’à ses lecteurs. Je me suis senti gentiment interpelé. Pas d’erreur, l’auteure m’a fait vibrer. Le CALENDRIER DE L’AVANT m’a vraiment apporté ce que j’attends d’un livre : un petit frisson, une caresse dans le dos. Un vent doux pour l’esprit. Reste à savoir si c’est mieux de lire une case par jour…

Je crois que lire une case par jour, contenu avec explication et la façon de procéder d’Abel relèverait autant d’une expérience littéraire que d’une expérience de vie car c’est bien ce dont il s’agit c’est-à-dire comme un projet d’élévation de la nature humaine mais en douceur et même avec une dose d’humour. Quant à moi, je n’ai pu m’arrêter. J’ai lu le livre d’une traite…une petite soirée douce et bucolique à brasser des émotions. J’en suis sorti ragaillardi et motivé avec bien sûr Noël en tête.

Ce livre est bien écrit, bien pensé, bien imaginé et met en perspective le caractère universel de la fête de Noël, laissant à penser que la tolérance, l’empathie, la générosité voire l’altruisme sont des vertus qui devraient être pratiqués à longueur d’année, ce qui générerait à coup sûr un monde meilleur.

On pourrait aussi se baser sur l’idée de Catherine Dutigny et bâtir un petit calendrier pour les enfants.. Gardez cette idée en tête pour l’année prochaine, avant tout autre livre de Noël, essayez LE CALENDRIER DE L’AVENT. Vous apprécierez je crois.

Suggestion de lecture : 24 HISTOIRES D’AVENT NOËL, d’Erik Bjork

Passionnée de littérature française et étrangère, Catherine Dutigny lit énormément depuis son enfance. Elle écrit pour son seul plaisir des textes de fiction restés longtemps bien au chaud dans des cahiers personnels ou cachés au fond de son ordinateur. Diplômée de Sciences Po, d’une Licence Es Sciences Économiques, elle a exercé plusieurs activités professionnelles  avant de se consacrer en priorité à la littérature. Rédactrice de critiques de romans pour le site « La Cause Littéraire » depuis novembre 2012.

BONNE LECTURE
CLAUDE LAMBERT

Le vendredi 20 décembre 2019